Histoires d’Animaux

Léon Tolstoï, Vladimir Favorski

En 1932 la maison d’édition Academia, fondée à Pétrograd (à présent Saint-Pétersbourg) dix ans auparavant, publie un petit chef-d’oeuvre : une merveilleuse collection illustrée de sept histoires d’animaux.
Il s’agit de contes extrêmement courts (qui, parfois, n’occupent même pas une page entière), très intenses, pensés pour les enfants, pour transmettre aux petits lecteurs qui s’approchent de leur première expérience de la littérature l’idée que la réalité du monde n’est que de la poésie, de la poésie tangible et concrète.

L’auteur de ces histoires, tirées des quatre Livres russes de lecture, est Léon Tolstoï. Les illustrations qui les accompagnent sont des gravures sur bois, réalisées par un autre grand artiste, Vladimir Favorski. Lui, et Tolstoï : deux cimes de l’art et de la pensée russe.
La langue limpide et profonde de Tolstoï prend sa forme dans les illustrations d’un des meilleurs graveurs sur bois que l’histoire de la gravure ait connu. Artiste polyédrique ainsi qu’auteur d’une importante réflexion théorique sur l’art, Favorski a été le Directeur, entre 1923 et 1926, du légendaire Vchoutemas (ВХУТЕМАС, acronyme de Высшие ХУдожественно-ТЕхнические МАСтерские), c’est-à-dire, des Ateliers supérieurs d’art et technique, fondés à Moscou en 1920. Dans une atmosphère ardente et féconde, les artistes majeurs de l’époque (y compris le philosophe P. A. Florenski) donnèrent des cours auprès des Ateliers. Au cours des années qui virent Favorski le diriger, le Vchoutemas encouragea l’élaboration de programmes artistiques et didactiques hautement innovants, sous plusieurs aspects semblables (bien qu’indépendants) à ceux qui étaient façonnés au sein du Bauhaus de Weimar.

Le projet Beatrix a choisi d’embrasser et de développer cet extraordinaire héritage artistique et culturel. Et de commencer par le début, par ces histoires poétiques, écrites pour les enfants.